Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-02-10T19:08:00+01:00

L'adaptation littéraire en BD

Publié par Caro

Le festival de la BD d'Angoulême n'est pas que l'occasion d'acheter de nouvelles BD pour remplir sa bibliothèque (!); c'est aussi une opportunité pour aller écouter des auteurs sur leur travail. Un certain nombre de "rencontres" étaient organisées, sur des thèmes très divers. J'ai assisté à celle sur l'adaptation littéraire en BD, avec deux auteurs, Laurent Maffre le français, qui a adapté une nouvelle (Markheim) de Robert Louis Stevenson (pour Les chambres du cerveau, Actes Sud BD, 2008) et L'homme qui s'évada (Actes Sud BD, 2006) depuis l'oeuvre d'Albert Londres sur le bagne de Cayenne, ainsi que Posy Simmonds la britannique, qui a librement utilisé Mme Bovary de Flaubert (pour Gemma Bovery, Donoël, 2000) et Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy (pour Tamara Drewe, Denoël Graphic, 2008).

Chacun se base sur le roman ou la nouvelle, car le texte les a touchés ou l'auteur les a marqués, surtout dans les cas de Flaubert et de Stevenson. Cependant, pour l'adaptation en images, chacun des deux auteurs essaie de trouver sa place dans les innovations narratives de ces auteurs reconnus. Il est important pour eux de connaître l'auteur et sa construction de la narration pour pouvoir la conserver dans la BD.
Les deux dessinateurs ont exposé leur méthode de travail : ils sélectionnent d'abord les idées, celles à garder, celles à jeter, puis ensuite seulement débutent le dessin. Utilisant les éléments du texte, ils enchevêtrent les croquis, puis les organisent progressivement par étapes.

La question de pourquoi ces choix de romans/nouvelles et pourquoi ces auteurs précis a bien sûr été posée. Cela relève d'un choix affectif (lecture de Flaubert dans sa jeunesse) ou d'une opportunité (le sujet choisi pour la BD correspondait avec le thème du roman), ou encore d'une admiration du style de l'auteur (Stevenson, et sa dualité introduite dans ses personnages). Cependant, on a bien compris que même si l'auteur apprécie une oeuvre littéraire, il ne lui est pas toujours possible de l'adapter en images, car il a besoin d'amener quelque chose de nouveau par rapport à l'oeuvre originale. Voilà pourquoi dans le cas de Stevenson, c'est une nouvelle antérieure à Dr Jekyll et M. Hyde qui a été choisie, car elle sert aussi à montrer comment Stevenson en est arrivé à écrire ses oeuvres les plus connues.

La conception des personnages : la britannique Posy Simmonds s'est librement inspirée des oeuvres littéraires pour bâtir ses récits de BD. En effet, pour Gemma Bovery, elle s'est inspirée des yeux de Lady Diana, et pour le reste de ses personnages, de personnes réellement rencontrées. Gemma Bovery utilise donc des éléments de Flaubert, tout en mêlant des éléments du présent.

Pour en savoir plus :
Paru en feuilleton dans le Guardian puis en album chez Jonathan Cape (2000), Gemma Bovery est une épatante transposition-recréation en bande dessinée d'une Madame Bovary pastiche, en jeans et tee-shirt, qui faxe ses rendez-vous d'amour entre deux Eurostar. (Le monde des livres, 31 janvier 2009)

Tamara Drewe fait partie des 5 albums essentiels d'Angoulême 2009. Portrait vidéo de son auteur sur le site d'Arte.

A voir, le site perso de Laurent Maffre, avec croquis et extraits de BD.

 

Voir les commentaires

commentaires

CapOcapesDoc 11/02/2009 08:54

Billet très intéressant, merci Caro de nous avoir fait partagé ça !

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog